Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 09:34

Nous sommes sur le fond hostiles aux emplois aidés. Financés par l'impôt ils maquillent  les chiffres du  chômage et camouflent  une aide supplémentaire aux patrons. Mais ils sont aussi une réponse obligée du grand capital  à la détresse qu'il provoque. Derrière les emplois aidés se cache  la misère du monde. Ils sont aussi  une bouffée d'oxygène pour le Secours Populaire et tant d'autres associations, communes où écoles

 Macron d'ici 2018 compte supprimer 250 000 emplois dont 140 000 tout de suite. Nous les défendrons bec et ongles car leur suppression n'a pas pour but de créer 250 000 emplois stables  mais de renoncer à aider 250 000 personnes de plus.

  Cette évolution est logique : le maintien du profit suppose des cadeaux fiscaux  au CAC 40 toujours renouvelés qui supposent un état de plus en plus "pauvre" dans un pays où les riches sont de plus en plus riches.

  Lutter contre la suppression des emplois aidés c'est lutter contre cette logique qui n'est pas la nôtre. En souhaitant que de plus en plus de gens le comprennent.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social
commenter cet article
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 17:33

La CFDT et son avatar ne luttent pas contre les ordonnances  mais pour en sortir les transports. Aucune leçon n'est tirée des combats précédents sur les retraites  ou  la loi travail.

    La division ne serait plus seulement entre les centrales  mais entre les travailleurs, chacun espérant être un ilot sauvegardé dans un océan de malheur.  Seule une lutte commune contre les ordonnances , dépassant le syndicalisme , est la solution.  Et la CFDT un obstacle.

    Henri Ausseil

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social
commenter cet article
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 09:35

Une usine française du groupe allemand Mahlez-Behr située à Rouffach fabrique des climatiseurs pour automobiles. L'UNSA  cousine germaine de la CFDT y est majoritaire, très impliquée dans les accords signés avec la direction , avec généralement quelque contrepartie désagréable mais  "sauvegardant l'essentiel".

 Les salariés de l'usine découvrent la validité de cette stratégie. A l'été 2013 un accord de maintien de l'emploi a été signé dans le cadre de la loi  "accord de compétitivité" . Les salaires ont été gelés puis "modérés"  pour empêcher tout plan social qui n'a pas empêché des départs "volontaires".  Mais les patrons  et leurs actionnaires qui lorgnent vers l'est de l'Europe  et ses salaires encore plus modérés vont fermer l'usine. L'UNSA crie au scandale et en appelle à Macron, fervent défenseur du droit des travailleurs comme le savent nos lecteurs.

  Cette digne organisation que nous avons fréquentée lorsqu'elle s'appelait FEN et se limitait à l'éducation devrait en tirer des enseignements précieux et rejoindre le combat commun contre les ordonnances. Mais ce sont les travailleurs surtout qui ne devraient plus croire à ces balivernes.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social
commenter cet article
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 08:57

Cette "union de coopératives" fait partie de ce que l'on appelle à tort dans ce cas  l'économie sociale, comme le Crédit Agricole, la MAIF  ou le Crédit Mutuel dont la pub nous affirme (mensongèrement) que chacun des adhérents- clients  participe à la gestion, en réalité pratiquement  analogue à celle de toutes les entreprises capitalistes.

Vinadeis est née en 2012 et 2015  de la fusion de coopérative confrontées à des impasses de trésorerie. C'est aujourd'hui une holding, 3eme distributeur  français. L'argent des viticulteurs est utilisé à des opérations financières de fusion tout autant   qu'à permettre aux viticulteurs de vivre. En réalité dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres le rêve proudhonien d'un socialisme des coopératives , qui a eu beaucoup de succès dans la viticulture méridionale, se fracasse devant le capitalisme financier  qui concentre entre de moins en moins de mains les fruits du travail de tous.

 Cette holding attaque huit militants audois de la Conf  qui ont osé appeler un chat un chat.  Leur combat est le notre.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social économie
commenter cet article
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 07:57

Jean Auroux ancien ministre du travail sous Mitterrand et  créateur du CHSCT  s'exprime largement dans l'Humanité du 12 septembre.  Il a parfaitement raison de clamer son opposition à la suppression par Macron  de cette instance qui introduit dans le droit du travail la protection de la santé des travailleurs.  En son temps ce fut une avancée majeure et sa suppression est un recul de civilisation.

 c'est la fin de l'interview qui nous pose problème.    "Je redoute que le débat sur le monde du travail , qui doit concerner  les salariés, le patronat, les forces sociales en général, ne soit pris en charge par   les insoumis  et Jean-Luc Mélenchon, que le débat qui devrait être social, soit confisqué  par le débat politique proprement dit. Ce qui affaiblirait  le rôle des syndicats en général."

Le blog partage son opinion sur l'indépendance nécessaire des syndicats, qui ne doivent être à la remorque d'aucun parti.  Mais sur le fond notre désaccord est total. Le droit du travail, comme l'école ou la santé  n'est pas  l'affaire des syndicats mais de tous les Français. Les retraités, les non salariés dont le sort est lié à celui des salariés, les futurs salariés que sont les étudiants, l'avenir de la France en général  , sont directement concernés.

D'ailleurs  15 organisations de jeunesse (UNEF, Solidaires étudiantsq, SGL,UNL,MJC, UEC, MJS,Jeunes écologistes, NPA, PG, Ensemble,JOC,MRJC)  se sont lancées  ensemble dans le 12  septembre, sans se poser de question.

    Si nous ne sommes pas d'accord avec Mélenchon , ce n'est pas parce qu'il veut porter le débat sur le plan politique. Notre accord avec lui  est total sur ce point. C'est  seulement parce que comme Auroux  mais au rebours,  il veut le réserver à  des intervenants adhérant à une charte  politique en préalable. Les dernières législatives ont amplement démontré l'impasse de cette  stratégie.

    Auroux perpétue donc la séparation du syndical et du politique, que le CAC 40 ne craint pas   et dont nous pouvons apprécier tous les jours la nocivité : des syndicats qui n'obtiennent rien  d'essentiel et un monde politique impuissant à  résoudre  les  problèmes et mettant en place des Macron, des Hollande ou des Sarkozy .Sa démarche a donc quelque chose d'archaïque et nous la combattons.

    Henri Ausseil

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social rassemblement
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 09:47

Malgré la censure des médias qui ne parlent que des transports  et  la place disproportionnée donnée au mouvement des  forains  (dont la nouveauté est intéressante mais qui ne sont pas au coeur de la loi travail) un fait  est incontestable : les salariés ont massivement fait grève, y compris dans des secteurs réputés difficiles comme les grandes surfaces. Ce n'avait pas été le cas contre la loi El Khomri.

 Les manifestations  promettent d'être fournies.  Le nombre  de syndicats appelant a moins d'importance que l'objectif affiché. Les  salariés et d'autres se sont reconnus dans la nécessité de faire front et de clamer son désaccord. Les états -majors absents sont désavoués et leurs troupes se sont mobilisées  malgré eux.

 Ce ne sont  pas les accords de sommet qui font le succès, mais  une plateforme claire,  et l'engagement  audacieux  ne posant aucun préalable , basé sur la compréhension de l'état d'esprit des Français à un moment donné,  Une grande leçon qui ne vaut pas que pour le syndicalisme

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social rassemblement
commenter cet article
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 09:25

Il s'est mis en place souvent pour compenser la  diminution du rôle redistributif de l'état et la création  de la société à deux vitesses.  Son action est fondamentale ,car il répond aux aspirations de ses membres et non à des injonctions politiques. Beaucoup de citoyens lassés de la vanité  de la politique sous sa forme politicienne y consacrent leur énergie. Le mouvement est financé en théorie par les adhérents , mais dès qu'il atteint une masse critique l'intervention des collectivités s'impose.

  La baisse des dépenses de l'Etat conduit à la baisse des ressources des collectivités. Chaque jour une association confrontée à la baisse brutale des subventions est obligée de licencier ses salariés et de diminuer ses prestations.  Il va bien falloir en tirer les leçons. C'est redoutable pour elles .

  Le rédacteur du blog a le souvenir du soutien de la ligue de protection des oiseaux montpelliéraine dans l'action contre le bétonnage du littoral à Palavas qui a détruit la nidification de bien des espèces. Le maire et les bétonneurs ne sont pas restés inactifs : l'association a perdu tous ses contrats  , a licencié 4 salariés et s'est provisoirement dissoute.

    D'où un certain "apolitisme" dont le lecteur comprendra la raison d'être. Mais ces temps sont révolus. C'est de la survie du mouvement associatif qu'il est désormais question. Et cela pose le problème d'une autre société , qui favorisera au lieu de détruire. Il a  toute sa place dans le rassemblement qu'il faut construire.

   Henri Ausseil

 

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social rassemblement
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 07:58

Philippe Martinez rencontre les députés France Insoumise et PCF. A condition qu'il ne rencontre pas ensuite les marcheurs ou le PS, c'est comprendre que le code du travail n'est pas une affaire syndicale mais une affaire politique, résultat d'un rapport de forces entre les partis du fric et le rassemblement de l'humain d'abord. Sinon ce serait perpétuer la séparation syndicalisme et politique de la charte d'Amiens devenue obsolète et ne pas se souvenir que  c'est le PS au pouvoir précédemment qui a fait la loi El Khomri antichambre des ordonnances, et placé Macron en orbite. Cela ne contredit pas l'indépendance nécessaire. La CGT ne doit être à la remorque de personne, pas plus que les autres syndicats.

  A contrario  les arguments de Jean Luc Mélenchon pour justifier la cassure   archaïque (un 12 février syndical, un 23 février politique)  laissent pantois. "Nous avons des inscrits CGT,FO,CFDT". Donc il n'est pas possible de s'inscrire pleinement   dans le 12. Ce serait trahir les adhérents  faisant partie des autres syndicats.

   Notre conception  est au rebours : un adhérent de la CFDT, de la CGC ou de la CFTC ou n'adhérant nulle part est avant tout un salarié victime de la casse de la protection sociale. Il a  toute sa place le 12 septembre et aussi le 23 et dans n'importe quelle initiative de lutte, même si son organisation n'est pas partie prenante. C'est sur des objectifs qu'on se fédère, non sur des étiquettes. Bien des sections ou des adhérents  FO, CGC ou CFDT qui participeront le 12 l'ont parfaitement compris.

   Heureusement cela n'empêchera pas le rassemblement au bout du compte. Mais il est des obstacles qui restent à franchir dans les têtes pour aller jusqu'à la victoire.

 Henri Ausseil.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social rassemblement
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 09:05

Aux dernières nouvelles la CGT, SUD,la FSU, FO et même la CFDT (qui est déçue)  la CGC (qui envisage de manifester) et l'UNSA  (qui s'interroge) sont contre.

  Mais Macron a plusieurs  alliés , la puissante CFTC dont on n'entend parler qu'à cette occasion, et le  seigneur MEDEF et ses vassaux.  Les syndicats  de salariés ne sont pas unanimes , les syndicats du patronat oui . Et on peut constater " l'isolement " de la CGT comme l'affirment des journalistes  gras et bien nourris (voir la fable de La Fontaine le loup et le chien.)

 C'est donc du 50-50 en nov langue et même un léger avantage au patronat  et à Macron comme on dit en statistique orientée.  En nombre de Français et de Françaises c'est différent.

  Rendez-vous le 12 septembre ... et plus tard aussi.  Les ordonnances de Charles X en 1830 (c'est vieux) n'ont pas eu l'effet escompté. L'Ultra Roi a dû  prendre sa retraite. Un exemple à méditer.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans politique social
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 08:48

Une mesure paraît progressiste : le dédoublement des CP (12 élèves ) dans les zones en REP+ , terme technocratique pour zone d'échec massif. Sans apprentissage réussi de la lecture, de l'écriture et du calcul, pas d'avenir scolaire. Cette mesure  est donc positive.

  Oui mais voilà. Dans ces REP+   existait le dispositif "plus de maîtres  et maîtresses que de classes". Un élève de CE ou CM  pouvait recevoir une aide ponctuelle par tous petits groupes.

  La réforme a consisté à  donner le CP supplémentaire au maître supplémentaire et donc de supprimer le soutien aux autres niveaux. Quand on fait des "réformes" sans moyens on bouche un trou en en creusant un autre.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social actu
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens