Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 06:58

L'ASPRI ne cesse d'alerter les  élus et l'Etat sur les risques d'inondation qui pèsent sur le littoral, à la suite de l'urbanisation massive en amont. Il s'y ajoute le colmatage du port de Carnon, mortel pour tout un secteur d'activité de la  zone. Nos lecteurs connaissent par coeur toutes ces données.

  Si au coeur de la sécheresse d'été nous remettons le sujet sur le tapis, c'est qu'une réponse récente  du Préfet, pour la première fois, admet la pertinence du plan global de l'ASPRI qui comprend prioritairement  rappelons-le une régulation de l'entrée de la mer dans les étangs, le renforcement des rives du Lez entre la confluence avec la Mosson et les Quatre canaux, l'élargissement de la porte de Carnon et du Canal du Hangar, un grau supplémentaire au Grand travers et des retenues d'amont aptes à retarder et désynchroniser les arrivées massives d'eau.

 Le Préfet  qui ne peut plus prétexter les retards de la commune de Palavas oppose encore ce plan global aux travaux limités, nouveau prétexte à ne rien faire. Etant donné que le coût sera important, des étapes ne seraient pourtant pas inutiles, si elles s'inscrivent dans une planification rationnelle , appuyée sur une étude scientifique GLOBALE. Mais le lecteur aurait tort de s'arrêter au blocage persistant. Jusqu'à présent c'est la pertinence du plan qui était mise en cause, avec de faux arguments scientifiques, basés sur  des études partielles et partiales. L'avancée est donc réelle.

  Comme le principal obstacle est financier, l'ASPRI nous appelle à peser sur les décideurs locaux : région, département;, métropole, municipalités mais aussi sur l'Etat. Le coût des dégâts, ne l'oublions jamais, serait très supérieur au prix des travaux à engager.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans inondations
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 08:24

La ville de Frontignan constate sur son propre territoire le deux poids, deux mesures dont sont victimes les habitants des Aresquiers. Il est des endroits où l'on protège  et d'autres où on cherche à expulser.  Mais il est vrai que les  conclusions de la municipalité nous laissent perplexes. " En dernier recours   et au seul cas où  le maintien sur site  serait légalement rendu impossible, la ville trouve légitime et soutiendra la demande d'indemnisation  des habitants à une juste valeur.". Cela rappelle les luttes syndicales sur l'indemnité de licenciement qui actent la fermeture  et les faux  appuis qui font tant de mal à la gauche.

 Pour nous , aux Aresquiers et à Palavas, tous les citoyens sont égaux en droit. Pourquoi protéger les uns et pas les autres ?   Qu'est-ce qu'un juste prix ?   Pourquoi un Néerlandais peut-il vivre 70 mètres sous le niveau de la mer et pas un Français 3 mètres au dessus ? 

Le seul aspect un peu positif c'est que la tentation de régler le problème pour quatre sous  en serait gênée. Mais ce n'est ni à la justice, ni aux élus que les habitants doivent confier leur sort mais à leur lutte et à la recherche de convergences.

 

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans Communes inondations
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 05:19

Ils nous communiquent :

"Association des Riverains du Canal des Aresquiers (ARCA)

1 juin 2017 — Nous avons reçu la notification du jugement rendu le 24 mai dernier par le tribunal administratif de Montpellier : notre requête est rejetée et nous avons deux mois pour faire appel auprès du tribunal administratif de Marseille.
Nous nous attendions plus ou moins à être déboutés mais cette décision est quand même difficile à supporter.
Un peu de baume nous est apporté par les soutiens qui se manifestent et notamment une pétition mise en ligne par une vacancière résidant en Haute-Savoie.
Bien qu'une pétition mise en place par les résidents des Aresquiers existe déjà, il est réconfortant de savoir que d'autres personnes nous soutiennent !
Le bureau de l'association se réunira samedi 10 juin.
Nous sommes déterminés à faire appel. Celui-ci devrait être déposé en juillet par notre avocat.
Merci pour l'attention que vous portez à notre situation.
Nous continuons !"

Le blog rappelle que le "repli stratégique" est la solution proposée par l'Etat et les collectivités  territoriales aux Aresquiers mais aussi à Palavas aux Premières Cabanes, plus anciennes que Palavas.

   Sous cet euphémisme se cache le refus d'engager des dépenses  pour protéger des populations installées depuis plusieurs dizaines d'années, alors que les Pays Bas prouvent depuis des siècles que c'est possible. Les  habitants concernés par la démolition seraient  indemnisés au "prix du marché". Imaginez la valeur  à la vente d'un bien de cette sorte et le nombre d'acheteurs intéressés !  Et aux Aresquiers il n'est même pas question d'indemnisation. C'est toujours le même combat, l'argent contre l'homme.  Les juges étant ce qu'ils sont , menons le combat sur tous les fronts, les juges mais aussi l'opinion publique.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans communes inondations
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 16:11
photo tirée de  France bleu Hérault

photo tirée de France bleu Hérault

Les cabaniers n'étaient pas seuls à affronter les tenants du repli stratégique, l'Etat et VNF. Les journaux et la télé, beaucoup de cabaniers bien sûr mais aussi des associations comme l'ASPRI , histoire de montrer que passer en force ne sera pas si facile. Il a fallu ajouter des chaises! Un excellent avocat a su présenter de solides arguments. Jugement à quinzaine comme on dit, Mais la mobilisation reste intacte.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans inondations communes
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 06:42
Soutenons les cabaniers des Aresquiers

Les Palavasiens le savent bien . Lorsque l'Etat et les élus du secteur   refusent de dépenser de l'argent pour protéger (par exemple le méandre du Lez aux Premières Cabanes) ils brandissent le"repli stratégique" c'est à dire le départ. Les riverains des Aresquiers  sont les premiers visés , et le pire c'est qu'ils n'ont jamais été inondés .

 Voici leur appel :

"Nous venons d'apprendre que notre dossier sera cité à l'audience publique du tribunal administratif de Montpellier jeudi prochain 4 mai 2017 à 10h30. Nous pensions que ce serait dans un délai compris entre 12 et 18 mois, voire plus. Visiblement, notre dossier a été traité très rapidement... Dans cette urgence, nous vous demandons de venir avec nous assister à cette audience publique. L'adresse est 6 rue Pitot , au Peyrou.
Repost 0
Published by PCF Littoral - dans communes inondations
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 06:47

Une salle bien garnie,  une grande quantité de pouvoirs donnés par des  adhérents non disponibles,  un déroulement moderne avec accompagnement vidéo,  l'unanimité pour tous les votes, de nombreuses interventions,  l'Assemblée générale de l'ASPRI est un incontestable succès. TV Agglo était présente, l'annonce de la réunion  par les médias correcte. Il n'est plus possible d'ignorer un phénomène de cette ampleur.

   Une motion a été adoptée  qui explicite  l'exaspération d'une population exclue du PAPI  et qui se sent abandonnée des pouvoirs publics.  De nouvelles initiatives dont une pétition ont été annoncées.  La collaboration sur des objectifs précis avec d'autres associations, notamment sur la mise en conformité de la  porte de Carnon a été maintenue.

 Des interventions de la salle émerge une certitude : l'intervention de l'ASPRI a commencé à bouger les lignes, c'est une  source d'optimisme pour l'avenir.  Un représentant de la municipalité a indiqué à la satisfaction générale que la commune allait  enfin se mettre en règle sur les trois sujets  d'achoppement avec la préfecture.

   Désormais les choses sont claires :  aucun prétexte ne pourra plus masquer la vraie raison du blocage ; le refus de payer. Quant à la misérable raison avancée par l'Etat les diverses collectivités et les scientifiques bridés  : " les travaux ne sont pas rentables  parce que les portes serviraient rarement"   le président y a répondu à  l'avance : est-ce-que les digues de Lattes servent en dehors des crues ? Pourquoi des avenants  au PAPI seraient-ils impossibles à Palavas et possibles à  Grabels et Juvignac ? Le soit disant repli stratégique  a été dénoncé comme un moyen de dépenser moins.  Pour le lecteur non informé il s'agit pour les divers pouvoirs publics de choisir la destruction au lieu de la protection.  Un document officiel indique que l'indemnisation   des victimes se ferait au prix du marché.  Quelle sera la valeur d'un bien frappé de démolition, qui voudra l'acheter ?   

    Il s'est passé quelque chose d'important à Palavas.

   

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans inondations
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 08:59

Sur la prévention des risques d'inondation les évènements se bousculent. Sont mis en chantier en même temps le Plan Local d'Urbanisme (PLU) qui décidera du destin de la troisième ligne d'urbanisation , le Plan de Prévention des Risques d'inondations (PPRI) et le PAPI   (argent que l'état et les collectivités consacrent  à la prévention) beaucoup plus général  puisqu'il couvre les bassins Lez Mosson et Or avec des ambitions médiocres. Comme un papy il se hâte avec lenteur et mérite donc son nom. IL N'INCLUE PAS PALAVAS  , ce qui est tout de même un comble. Plus exactement RIEN n'est prévu pour les prochaines années sur la commune. Le renforcement  crucial  des berges du Lez au méandre du Lez, d'abord prévu, a été enlevé. pourtant des maisons sont menacées aux Premières cabanes et aux Quatre Vents.

    L' ASPRI innove dans la forme utilisant largement le grand écran du Nautilus. Les talents de l'équipe oint été mis à contribution. La réunion vient surtout au bon moment , quand l'intervention citoyenne peut encore influer. Soyez nombreux JEUDI 30 MARS à partir de 17 H  (projection d'un documentaire)   au Nautilus mairie de Palavas. La réunion proprement dite  commence à 18 H

 

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans inondations
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 11:02

La Préfecture a publié une étude qui fait apparaître qu'en 30 ans 17 000 hectares ont été urbanisés dans l'Hérault. Et " exige" un ralentissement.

 La Marseillaise dans son article par ailleurs excellent ne parle que des terres agricoles perdues. Pour nous c'est aussi des milliers d'hectares où l'eau ne s'infiltre plus , des digues qui accélèrent le passage de cette eau vers l'aval, la disparition des zones d'expansion des crues.

  Curieusement la Préfecture  qui déplore les 17 000 hectares perdus autorise l'endiguement du Nègue Cats et l'urbanisation massive du sud montpelliérain. A Palavas elle s'est inclinée pendant 30 ans face aux demandes du maire  avec les effets que l'on connaît. Elle refuse toutes les propositions de l'ASPRI et certains évoquent   le "repli stratégique" comme seule solution.

 Il est temps de mettre les paroles en accord avec les actes. Il faudra les y aider , vous avez intérêt à vous en mêler.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans inondations
commenter cet article
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 08:26

Nous avons pu nous procurer une réponse de Cyrille Meunier président du SYBLE à l'ASPRI qui demandait  que les étangs deviennent de gigantesques bassins de rétention  en cas de crue centenale  par la présence de portes :

 " Pour bénéficier des fonds Barnier mobilisables dans le cadre d'un PAPI, l'Etat demande, entre autre, aux porteurs de projet de rendre une Analyse Coût Bénéfice qui évalue la « rentabilité » d'un projet à savoir l'analyse de son coût au regard des bénéfices attendus. Ainsi les coûts d'investissement et d'entretien de portes sur les graus évalués en première approche au regard des bénéfices attendus pour les populations concernées par ces aménagements se sont avérés importants. A titre d'exemple, selon l'étude hydraulique réalisée sur les étangs, la mise en place de portes gérées sur le grau du Prévost permettrait la protection de 50 bâtis pour un événement de type tempête centennale."

 Cet  extrait  argumenté prouve que les décisions du SYBLE ne sont pas prises à la légère. Mais dans quelle logique ?

    Un fantastique aveu  technocratique. est contenu dans ce  courrier  : La sécurité des populations obéit à des critères  de rentabilité.  Sauver 50 maisons dans l'exemple donné n'est pas rentable. Les monstres froids peuplent les lieux de pouvoir.

    La deuxième logique est la segmentation.  Le même exemple , celui des portes du Prévost montre  comment le SYBLE procède.  Une étude est réalisée avec les portes sur le Grau.  Elle conclut à des effets limités. Si Cyrille Meunier avait vraiment lu les courriers de l'ASPRI il saurait que boucher le Grau seul laisse l'eau entrer dans le Prévost par le canal du Rhône à Sète (beaucoup)  et la canalette du Prévost  même partiellement colmatée. Cette stratégie de ligne Maginot  est effectivement un gaspillage inutile . Tous les étangs communiquent ils doivent TOUS être régulés ensemble. Segmenter les études c'est justifier l'inaction.

     Les lecteurs sont avertis. C'est bien la logique de l'ARGENT qui est à l'œuvre et non celle de L'HUMAIN.   Et c'est cela qu'il faudra changer.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans inondations
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 09:31

Le projet de plus en plus proche de la version définitive comporte quelques avancées : avenue Saint Maurice aucun immeuble ne peut être construit en démolissant un appartement, ce qui sauvera peut être Joie cet Santé car les promoteurs seront freinés.

   Il est prévu en zone orange (ex zone rouge) une aide "pouvant atteindre 40 % " pour ceux qui lutteront contre l'inondation  (batardeaux, pièce à l'étage). Reste à préciser qui paiera (l'Etat ou la collectivité territoriale) et dans quelle condition.

   Le vrai passif est que malgré son nom le plan ne s'intéresse  guère  qu'à l'urbanisme et ne  s'intéresse pas à l'amont alors que c'est de là que viennent les eaux.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans inondations
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens