Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 06:24

La privatisation de la crèche Joséphine Baker a été proposée par Philippe Saurel au dernier conseil municipal de Montpellier. Cela a permis aux opposants "Mourre" de se donner une virginité de gauche, Saurel brandissant en réponse (?) une casquette de l'armée rouge et Martin se redécouvrant communiste pur et dur , ce qu'il avait un peu oublié ces temps derniers.

Cet épisode révèle l'attachement de Saurel pour le service public, la priorité étant pour lui la diminution des dépenses publiques (répercutée sur les familles). Il faudra s'en souvenir lorsque le service public de l'eau sera réellement mis en place.

Autre indice : sortir l'armée rouge dans le débat (Freud a tout dit sur les plaisanteries significatives d'un moi profond) révèle un certain retard à l'allumage.

Au Front de Gauche à organiser la lutte pour qu'elle franchisse le seuil des algarades de salon.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social et Front de gauche
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 06:40

Le conseil municipal du 28 juillet comprend à son ordre du jour la délégation du tennis. Après une tentative il y a quelques années de chasser le gérant et l'association sportive locale , le nouveau procédé est beaucoup plus brutal. Sous couvert d'ouvrir le tennis à tous (comme si tous les jeunes et moins jeunes qui le souhaitent en étaient interdits ) on remunicipalise, ce qui en soi est concevable.

Mais dans ce cas il ne s'agit pas de se rallier aux positions du Front de Gauche mais d'un prétexte pour régler des comptes post électoraux , c'est à dire d'une chasse aux sorcières. Gageons que dans quelques temps au vu du "coût de la gestion municipale", une créature du maire obtiendra la délégation. Remarquons que TOUTES les autres délégations ont été reconduites.

Le PCF Front de Gauche continuera à s'opposer à cette gestion de la commune comme une propriété du maire et de sa camarilla, qui n'est pas sans rappeler l'affaire du Gecko. A suivre.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans communes
commenter cet article
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 08:34

3,5 milliards pour la région, voilà la somme annoncée par Alary, tout sourire après la signature du contrat Etat-région merveilleux.

Examinons de près ce pactole : on inclut 1,2 milliards de fonds européens qui seront versés si les projets en cours sont réalisés. Il s'agit du présent et non de l'avenir, c'est à dire de dépenses déjà engagées.

La métropole de Montpellier injecte 44 millions, la Région 737 millions, les autres collectivités territoriales 550 millions. Il s'agit de l'argent des contribuables , ni plus ni moins.

Venons-en maintenant à l'Etat. On trouve une perle dans la communication officielle : "Celle-ci (la subvention d'Etat annuelle NDLR) passe de 313 M€ à près de 450 M€, contre 496 M€ sur le contrat précédent."

Il y a donc bien baisse de la redistribution par l'Etat, dans le droit fil de la doctrine de Bruxelles. Et si on veut faire plus , ce sont les contribuables de la Région qui paieront, en plus des impôts actuels. Et on nous prend pour des imbéciles.

Repost 0
Published by PCF Littoral
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 08:19
Les financiers aiment la Grèce(  d'après l'Huma)
Repost 0
Published by PCF Littoral
commenter cet article
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 07:29

De Villeneuve à la grande Motte les paillotes génèrent 19 millions de recette (déclarées) , 500 emplois précaires déclarés pour 171 équivalents temps pleins (donc beaucoup de travail dissimulé) , et sont en expansion constante , comme la paillote Sarrail de Palavas l'a montré.

Le Préfet de l'Hérault, courageusement, souhaite freiner cette dérive. Il limite à 1200 m² les concessions et exige que la restauration ne couvre que 40% des surfaces concédées dont 20 % pour le bâti. Appliquée, cette directive supprimerait pratiquement le problème à Sarrail.

Les propriétaires des paillotes hurlent à la mort et le député PS Vignal les soutient. "Il faut libérer les énergies" (c'est lui qui le dit). Version moderne de la chauve souris ce vaillant député lutte comme oiseau pour le service public et comme souris pour la privatisation de l'espace public. Les victimes des nuisances apprécieront.

Le PCF pour ce qui le concerne exige que la directive préfectorale soit appliquée partout et qu'un contrôle sérieux mette fin à l'exploitation des saisonniers contraints par le chômage à accepter ce type d'emploi : tout travail fait doit être déclaré et payé.

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social
commenter cet article
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 07:23

Personne ne peut imaginer que le dépassement sera un long fleuve tranquille. La férocité avec laquelle la troïka personnifiée par la chancelière Merkel traite la Grèce coupable de désobéissance prouve que le noyau dur de la rente financière ne se laissera pas vaincre sans combat. Les puissances financières occidentales ne sont pas des tigres de papier , Cuba peut en témoigner.

Assurément des compromis seront nécessaires. Mais qu'est-ce qu'un compromis, au sens où nous l'entendons, dans l'optique du dépassement ?

Le passé nous permettra d'illustrer le propos. Nous nous appuierons sur la sténographie du Procès du Maréchal Pétain , passionnante à maints égards , et particulièrement sur la déposition-plaidoyer de Pierre Laval traître commode pour tous ceux que la quatrième république a recyclés, et ils sont nombreux. Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer il n'a pas éludé les raisons de sa politique , il les a même revendiquées, avec bien sûr quelques habiletés pour masquer sa responsabilité dans les atrocités de la répression.

Que dit Pierre Laval ? Qu'il a cru à la victoire de l'Allemagne , du moins jusqu'en 1943 , et que c'est cette option qui justifie toute sa conduite. Les exemples fourmillent dans sa déposition et nous n'en prendrons qu'un : sa déclaration "je souhaite la victoire de l'Allemagne". Il n'est pas question ici de rentrer dans les détails mais si les bases de sa réflexion (la victoire de l'Allemagne) étaient fondées, sa déclaration était habile , dans une optique de moindre mal. Il est facile pour nous de vérifier que cette opinion était fausse, c'était beaucoup plus difficile en 1942.

Un compromis doit donc se juger en premier par la pensée qui le conçoit. Hollande et Valls, Laval des temps modernes ( la comparaison ne vaut pas pour les hommes mais comme exemple) croient dur comme fer que le capitalisme rentier est un horizon indépassable, que c'est lui en somme qui va gagner la guerre. Toute leur stratégie (forcément défensive) en découle. Ils n'ignorent rien du prix à payer, pas plus que Laval ne se faisait d'illusions sur l'Allemagne. Ce n'est pas une question d'éthique ou de morale mais de raison d'état. Le moindre mal revendiqué la fonde.

Au procès Pétain l'accusation n'a eu aucune difficulté à ironiser sur les résultats de ce moindre mal : il n'a rien empêché , et Laval s'est compromis dans une situation où n'étant maître de rien il a porté la responsabilité de tout. Cela découlait de son erreur d'appréciation de départ et non de ses intentions.

En face De Gaulle aussi a dû faire des compromis, avec Giraud, avec les communistes, avec les américains. Comme son postulat de départ s'est révélé juste , l'histoire lui a donné raison.

Le compromis n'est donc pas seulement une discussion au cours de laquelle chacun fait la moitié du chemin. Il dépend du postulat de départ de chacune des parties.

Nous allons à présent entrer dans l'actualité brûlante pour affiner notre pensée. Prenons l'exemple de la gestion des Départements et Régions. Que signifie "garder les Pyrénées orientales à gauche" comme l'affirme le Travailleur Catalan lors des départementales? Le résultat, c'est une gestion commune PS-PCF dans laquelle si on en croit le journal du département et la tribune libre des élus FDG, ces derniers gardent leur autonomie et leur capacité à dire non à ce qui ne leur convient pas.

Dans la pratique, et c'est le réel qui nous intéresse, le budget du département est encadré par la politique générale des dépenses publiques, c’est-à-dire leur baisse constante. Un socialiste adepte du moindre mal n'y verra pas malice, il pense qu'on n'y peut rien. Mais les élus FDG ? On voit tout de suite ce que leur position aura très rapidement d'intenable. C'est que le compromis s'est établi sur la base proposée par le PS. Il ne s'agit donc pas dès le départ d'un compromis mais d'une acceptation plus ou moins forcée de la règle du jeu établie par d'autres. Aux yeux du bon peuple le procès est vite jugé : ils sont complices , la place doit être bonne.

C'est pourquoi les compromis ne doivent pas résulter d'accords d'états- majors préalables mais de rapports de forces sur le terrain. En apparence au début la différence ne sera pas grande, car la droite et le PS ont encore de la marge pour imposer le libéralisme. Mais si le rassemblement s'appuie sur la lutte et la satisfaction des besoins il sera en capacité d'obtenir des succès d'abord mineurs (au sens où ils ne remettront pas en cause le libéralisme), puis de plus en plus porteurs du dépassement. En tout cas il ne sera pas perçu comme une complicité et donnera un espoir alors qu'un faux compromis provoque le désespoir.

Henri Ausseil

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans FDG
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 06:11

Voici de larges extraits de l'intervention de Pierre Laurent au Sénat :

"Je sais, que devant la brutalité de cet accord, certains en viennent à penser que le grexit ne serait plus qu’un moindre mal. Je ne le crois pas. Les Grecs non plus. Parce qu’une sortie de la zone euro ferait passer la Grèce de la crise humanitaire à l’hécatombe.

Parce que toutes nos économies seraient déstabilisées.

Parce que c’est aussi une affaire politique et géopolitique qui peut ouvrir le chemin à un nouveau choc des nations.

Regardez comment dans le dos des irresponsables comme monsieur Schauble, Marine le Pen et les siens attendent le «grexit» comme la victoire enfin remportée, qui sonnerait le glas de la solidarité européenne!

Mais l’accord n’a pas réellement levé ce risque en choisissant d’imposer à la Grèce une mise sous tutelle insupportable et de nouvelles mesures d’austérité draconiennes.

Joseph Stiglitz, prix nobel, a déclaré :« les efforts demandés à Athènes dépassent la sévérité, ils recèlent un esprit de vengeance!», comme si le peuple grec devait payer le prix de son insoumission.

Si les exigences des créanciers sont toutes respectées, elles s’avéreront une nouvelle fois injustes socialement et empêcheront les objectifs de redressement productif du pays.

Alexis Tsipras a redit sa volonté de protéger les plus faibles et d’aller chercher de nouvelles recettes fiscales auprès de ceux qui s’enrichissent. Il a redit la nécessitéabsolue d’investissements productifs pour relancer l’économie et d’allègement du fardeau de la dette.

Mais tout est fait pour l’en empêcher.

Ainsi en va-t-il du programme démentiel de privatisations. Les rapaces sont déjà à pied

d’œuvre. Vinci est paraît-il déjà sur place pour racheter les aéroports!

Plusieurs engagements financiers sont envisagés par l’accord à la demande de la Grèce

  • un programme de refinancement de 82 à 85 milliards d’euros;
  • un rééchelonnement partiel de la dette.
  • un plan d’investissement pouvant aller jusqu’à 35 milliards d’euros.

Sans ces engagements, tout le monde le sait, aucune relance ne sera possible.

Or, sous la pression de l’Allemagne, tous ces engagements sont rendus hypothétiques et seront soumis au chantage permanent des créanciers! Quant à la France, si le Président de la République a joué tardivement un rôle pour éviter le«grexit», elle a accepté que le prix exorbitant à payer soit fixé par Angela Merkel, qui a dicté, une fois de plus ses conditions.

Je le dis solennellement, pour la Grèce mais aussi pour la France, nous ne sommes pas quittes.

Et ne nous pouvons encore moins après ça, nous remettre à célébrer, comme si de rien n’était, le couple «indestructible» franco-allemand.La bataille ne fait que commencer.

Tsipras est en première ligne.

Certains voudraient refermer la parenthèse grecque.

Notre intérêt commun, grecs, français, espagnols, européens de toute nationalité est au contraire de pousser au changement dans toute l’Europe, de la libérer des forces libérales et des marchés financiers

La France doit agir immédiatement

  • pour obtenir le déblocage immédiat des liquidités de la BCE sans les soumettre à de nouvelles conditions, mobiliser le plus vite possible les 35 milliards d’investissements prévus, mobiliser le plus vite possible les 35 milliards d’investissements prévusen engageant sans tarder la contribution de la France et en proposant à d’autres pays de se joindre à la création d’un fonds de développement pour la Grèce qui pourrait préfigurer un fonds de développement pour l’Europe toute entière
  • Travailler à concrétiser le rééchelonnement de la dette.

Notre vote est aujourd’hui un acte de lutte et de solidarité aux côtés du peuple grec, d’Alexis

Tsipras et de nos camarades de Syriza.

Nous sommes solidaires de leurs choix et assumons leur difficile et courageux combat.

Nous sommes à leurs côtés pour dire non à l’expulsion de la Grèce. Mais nous disons d’un même mouvement, au nom de la France, que l’accord scandaleux imposé à Bruxelles n’est pas digne de l’Europe et qu’aucun maintien dans l’euro ne le peut légitimer.

Le Groupe CRC votera majoritairement contre"

Au parlement 412 députés (PS et une partie de la droite) ont voté pour, 69 contre et 49 abstentions. Le FDG a voté contre mais pas tous les apparentés.

Repost 0
Published by PCF Littoral
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 08:31

Il était une usine Péchiney à Cran-Gevrier Haute-Savoie apte à couler des milliers de tonnes d'alu chaque année. Rachetée en 2003 par un canadien, revendue à des vautours américains basés au Delawware , paradis fiscal (et oui !) , elle était comme toutes les entreprises, divisée au plan du personnel entre cadres et employés -ouvriers. L'adversité et l'intelligence politique, la vraie, qui surmonte les étiquettes, ainsi que l'avidité des vautours (mais eux ne l'ont pas fait exprès) ont permis le rassemblement. Une SCOP est sur le point de voir le jour, c'est aux tribunaux d'en décider mais le rapport de forces est bel et bien créé. Gémenos et Pilpa l'ont certes précédée, et leur premier pas a été une formidable avancée. Cette fois, la taille, le chiffre d'affaires et le poids dans l'économie nationale sont d'une autre nature : la SCOP jouera dans la cour des grands. En attendant d'autres victoires encore plus éclatantes .

Les ingrédients du succès sont parfaitement visibles : lorsque le rassemblement atteint une masse critique, lorsque les cadres qui connaissent la réalité du marché sont présents et abandonnent l'acculturation qui les fait ailleurs se battre pour les vautours qui les détruiront , les élus de tous bords et la CCI locale sont obligés de suivre. Et dans un département réputé conservateur. Grande leçon pour nous tous !

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans social
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 06:30

On peut penser ce qu'on veut du régime iranien, mais l'intervention économique et politique du clan occidental pour empêcher le pays de se développer, par un impitoyable blocus, ( comme pour Cuba, notons le) est inadmissible. En ce qui nous concerne c'est au peuple iranien que nous pensons . L'accord sur le point d'être signé marque la fin d'une époque, le monde unipolaire où les USA et leurs alliées faisaient la loi. Prochaine étape majeure la Palestine où la solution de deux états souverains vivant en paix (relative) finira par s'imposer. Avec lenteur le monde futur montre le bout de son nez.

Jadis Bossuet invoquait pour expliquer le monde la providence divine. En 2015 des savants pour expliquer les migrations et le terrorisme invoquent le réchauffement climatique. La guerre en Syrie, en Libye et en Afrique ,la misère de l'est européen, conséquences de cette hégémonie sans partage sont selon nous beaucoup plus directement responsable. C'est bien la paix mondiale qui est en jeu mais le climat est un alibi facile.

Savants me direz vous que ces "experts" ? Arago physicien remarquable du XIXème a annoncé que lorsqu'un train passerait dans un tunnel à la vitesse exorbitante de 30 km /heures tous les passagers mourraient. Il en est des savants comme de nous tous. Il arrive que le préjugé l'emporte sur la raison, et tous les dérapages deviennent possibles

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans international
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 11:58

Malgré les rodomontades de Gröss Deutschland l'accord avec la Grèce a finalement été signé. C'est un compromis douloureux qui empêche Syriza d'appliquer tout son programme et beaucoup de bons apôtres vont parler de capitulation.

Les faits montrent le contraire : le diktat Allemand a échoué , et des mesures de restauration de l'économie grecque ont été décidées , sans que la Grèce renonce à son indépendance. Du temps des Samaras et Papendréou, les accords qui ont mis la Grèce à genoux étaient d'une autre sorte.

La vérité c'est que pour la première fois l'ordre libéral n'a pas imposé sa loi. Et ce ne sera pas la dernière.

On permettra à un ancien syndicaliste de faire appel à ses souvenirs pour illustrer son propos. Certes le sujet était infiniment moins grave : il s'agissait de la rémunération des professeurs. Mais ce qui compte ici c'est c'est le jugement porté sur l'accord signé à l'époque par le SNES , accord auquel j'ai participé d'assez près et qui venait après un mouvement de grève comme je n'en avais jamais connu.. Nous avons obtenu du gouvernement Rocard la création de la Hors classe des certifiés. Au sein même des instances régionales du SNES cet accord a été violemment critiqué : il ne concernait pas tous les professeurs, le choix restait aléatoire, en partie à la discrétion de l'administration, et nous étions loin de la revendication syndicale de revalorisation pour tous. Tout cela était parfaitement exact. La direction du SNES très au fait des véritables rapports de forces et des intentions de Rocard avait mieux compris ce qu'avait de prodigieux cet accord à un moment où les excédents financiers (il y en avait) servaient à rembourser ... la dette qui n'a fait que grossir. Et au bout du compte 80 % des professeurs ont bénéficié de la hors classe.

Un deuxième exemple en sens inverse pour terminer : la fantastique victoire du NON français a été sous estimée et n'a pas été utilisée comme elle aurait dû l'être. Cela a profité à qui ?

Ces propos me sont personnels et les avis contraires ne sont pas sans fondement. Mais réfléchissons tous : le dépassement ne sera pas un chemin pavé de roses.

Henri AUSSEIL

Repost 0
Published by PCF Littoral - dans international
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens